LE STRESS EN SEXOLOGIE
INTERET DE TRAITER DU STRESS ET DE TRAITER LE STRESS.
 

En fait l'anxiété est toujours un acteur important dans la genèse et dans la perpétuation des difficultés sexuelles masculines ou féminines .
Quelle que soit la cause première des difficultés , la peur de l'échec crée une pression psychologique qui est soit le facteur principal de l'échec ( parfois depuis toujours ) soit un facteur aggravant qui pérennise l' échec .

Une fois éliminés les facteurs organiques qui participent chez certains, hommes ou femmes aux causes des problèmes sexuels, on est bien obligé de constater que l’anxiété est un facteur pratiquement constant en sexologie.
Même s'il existe un facteur organique à la problématique sexuelle, les répercussions sur le psychisme et l'angoisse qui découle de tout dysfonctionnement sexuel amplifient pratiquement toujours le dysfonctionnement .
Pratiquement tous ceux qui consultent en sexologie sont sous l'emprise de cet état d’angoisse car toute difficulté sexuelle

remet en cause l’image qu’a l’individu de lui même
se situe dans un contexte relationnel et souvent amoureux
remet en question cette relation affective avec la peur d’être abandonné,  de perdre l’autre, le renvoyant souvent à des terreurs enfantines .
est interprétée souvent de façon passionnelle par le ou la partenaire car ce
dysfonctionnement est interprété de façon subjective et interprétative

Donnons un exemple :
Un homme présente des troubles de l’érection :
Il se sent castré, dévirilisé, son angoisse provient de la peur de l’humiliation , de la peur de perdre sa partenaire, de la peur d’une aggravation de sa difficulté, de l’ignorance des raisons de cette défaillance .

Pour la femme ce trouble de l’érection la pousse en premier lieu à remettre en cause l’effet de séduction que produit son corps sur cet homme, ou les sentiments qu’il éprouve pour elle , parfois naissent des doutes sur la fidélité de l’homme, sur sa fiabilité en tant que mâle, elle se projette dans l’avenir en imaginant devoir sacrifier sa vie sexuelle de femme avec un homme impuissant etc…

On comprend facilement à quel point cette difficulté peut être dévastatrice , car l’homme se doute des réactions psychologiques de la femme et cela augmente encore son angoisse qui vient encore aggraver son « problème ».

Ce trouble sexuel fréquent déclenche très souvent un malentendu dans le cadre relationnel , rendant très souvent tout dialogue concernant ce sujet entre les deux partenaires difficile voire impossible Car cette difficulté de l’homme est interprétée par lui et pas sa compagne de façon très différente.

Cette différence d’interprétation va aggraver la difficulté de l’homme en mettant en route une spirale
négative d’ échec- peur d’échec - échec , qui se transforme rapidement en fixation névrotique,
envahissant l’espace mental .

Pour moi , l’homme et le couple se situe dans un état d’urgence . Car faute d’intervenir en urgence, l’homme risque de subir une déception sentimentale qui vient encore
renforcer l’image négative que sa difficulté sexuelle lui renvoie de lui même

Comme l’importance des réactions psychologiques négatives de l’homme est fonction de son caractère : 
Emotifs
 
Facilement stressable
Anxieux
Sentimental
Perfectionnistes

On comprend que le couple devra envisager , dans la prise en charge de cette difficulté d’érection, une prise en charge comportant plusieurs degrés

Premier degré l’urgence :Eliminer une origine organique
  Prescrire un traitement symptomatique , c’est à dire t susceptible de faire disparaître le symptôme.
Second degré : la prise en charge de la réaction au symptôme : la réaction de stress.
  Mise en route de la relaxation
Troisième degré : favoriser la reprise d’une communication adéquate dans le couple .
  qui n’est pas constamment nécessaire mais fonction de l’importance des malentendus.
Quatrième degré : mettre en route une thérapie conversationnelle en face à face
  concernant l’origine de la problématique : Thérapie d’affirmation de soi

On ne peut pas prétendre aider à résoudre une problématique sexuelle, si on ne procure  pas les moyens de faire disparaître cet état d’angoisse et de stress qui se transforme souvent en névrose obsessionnelle.

. I- NOTIONS GENERALES SUR LE STRESS
Le stress est la réaction de l'organisme qui lui permet de s'adapter à des agents qui l'agressent. Somme toute, l'état de stress est une réaction psycho-fonctionnelle.  Cela veut dire qu'un phénomène psychique entraîne des perturbation fonctionnelle et parfois des réactions somatiques (corporelles ) qui elles sont bien réelles et quantifiables .

Manifestation cliniques (perceptibles ) d’un état de stress

sensation de froid
pâleur du visage
apparition de sudation surtout aux extrémités (mains ).
barre thoracique
accélération respiratoire avec sensation de respiration bouchée
accélération cardiaque :le cœur peut battre la chamade avec parfois des irrégularités du rythme cardiaque .
augmentation de la tension artérielle
envies d'uriner impérieuses
parfois nausées

L'intensité de ces modifications corporelles est variable suivant l’intensité de l’état de stress :
-intensité plus ou moins forte des manifestations
-association plus ou moins complète de tous ces symptômes qui permet à l’individu de valider cet état de stress plus ou moins intense.

Il s’agit maintenant pour l’individu de
- rechercher le ou les stresseurs (agents qui déclenche le stress)
- et ensuite de quantifier le degré du stress de 0 à 10 le
Quantifier cet état de stress permettra de suivre son évolution au cours de la thérapie sexologique, grâce à des auto-appréciations successives.

Actuellement quand le suis en situation sexuelle je me donne un taux de stress de
X/10........ (0/10 aucune sensation de stress je me sens très bien)

Exo stress et Auto stress
Nous sommes tous soumis à des stress.
D’ailleurs cette réaction de stress est une réaction de sauvegarde de l’organisme quand il doit se défendre contre des agressions réelles.( agressions physiques par des agents réels ;chaud, froid , personnes etc. )

Il est souvent extrêmement difficile de faire disparaître les agents stresseurs ou EXO-STRESS. En réalité, ce qui compte, ce ne sont pas les agents de stress, mais la façon dont nous réagissons psychologiquement aux stresseurs .
Apprendre à neutraliser nos réactions aux agents du stress est souvent plus facile que de supprimer les facteurs de stress.
Le discours intérieur que nous nous tenons en face des facteurs de stress est bien plus important que les stresseurs eux-mêmes, sur lesquels on ne peut pas toujours agir. Très souvent c'est notre discours intérieur qui est directement un agent de stress..
C’est ce que j’appelle l’ Auto-Stress

Apprendre à maîtriser notre mental et ce que nous nous disons à nous même est une partie essentielle de la thérapie pour opposer au stress. Modifier son dialogue intérieur est une partie importante de toute Thérapie Sexologique.

La thérapie informative et conversationnelle me semble être essentielle et être un premier volet pour vous permettre de modifier ce que vous vous dites sur vous mêmes et sur vos problèmes.

La relaxation est le second volet de cette thérapie comportementale et cognitive, qui est la technique la plus apte à opposer aux exo-stress. et à nous permettre de faire face aux facteurs du stress.

Importance du problème en sexologie
Tout état de stress, c'est à dire tout état d'hypertonie du système nerveux autonome sympathique, rend plus difficile le déclenchement, voire bloque complètement les réflexes sexuels de mise en excitation : érection et humidification vaginale, qui nécessitent une vasodilatation périphérique, donc un état de prédominance du système parasympathique .

Le réflexe éjaculatoire étant un réflexe mettant en jeun le système nerveux sympathique, le seuil du déclenchement de ce réflexe se trouve abaissé et rend l'éjaculation plus difficile, voire impossible ,à contrôler

Lors d'une approche sexologique d'un patient , on peut distinguer deux types d'individus stressés:

1 - Des stressés permanents
A) Les hyperactifs
Ce sont des gens qui présentent des réactions de stress inadaptées ,en face de situations somme toute banales .Ils adoptent souvent des comportements de type alpha .
Les messages auxquels ils obéissent sont :
             -fais vite
            -sois parfait

Ce sont des individus en lutte permanente avec le temps , qui culpabilisent s'ils ne sont pas dans une activité
          - "rentable "
          - "efficace " .
Tout ce qui concerne la sensorialité et les plaisirs qui en découlent, leur semble futile, inutile, du temps perdu, somme toute .

Tout un apprentissage comportemental et cognitif est nécessaire pour permettre à cette catégorie de stressés permanents d'apprendre à "profiter de la vie ".

Je me sens dans cette catégorie d’hyperactifs Oui     Non


B) Des individus qui doutent d’eux mêmes
Ce manque d'affirmation d'eux mêmes , leur confère une tendance phobique :
le mot PEUR, revient constamment dans leur dialogue :

- Peur d'être maladroit
- Peur de ne pas plaire
- Peur d'être rejeté,
- Peur des échecs de toute nature.

Souvent une éducation sur- protégée est à l'origine de ce manque d'affirmation d'eux mêmes. Cet état à tendance phobique leur procure un haut niveau de tension sympathique permanent . On comprend facilement que cela leur procure plus ou moins fatalement un échec sexuel qui vient tout naturellement s' intégrer dans leur peur chronique et la réactualiser .

Une thérapie d’affirmation de soi est alors urgente et nécessaire .

Je me sens dans cette catégorie d’hyperactifs Oui     Non

2 - Des stressés occasionnels
Ces stress occasionnels nous guettent tous . Ils seront d'autant plus redoutables qu'ils surviennent sur un fond stressé permanent .
Leur répercussion sur le déroulement harmonieux des réflexes sexuels contribue souvent à précipiter l'individu dans un cercle vicieux:échec- peur d'échec,   dont il est le plus souvent incapable de se sortir seul .


3 - Le stress spécifique à la situation sexuelle
Il est évident que tout facteur spécifique de stress vient s'ajouter à l'état de base de stress permanent qui règne dans l'individu , lequel est bien entendu variable d’ un jour à l’autre en fonction des pressions extérieurs provenant de la vie urbaine, de la vie professionnelle et de la vie relationnelle . Les troubles sexuels résultats de ces facteurs de stress auront donc tendance à être eux mêmes variables d’un jour à l’autre , tant que les stress occasionnels ne sont pas occultés, submergés par l’importance du stress lié à la sexualité elle même. La situation sexuelle peut procurer un certain degré de stress supplémentaire, dont celui qui consulte doit chercher à prendre conscience et à en rechercher l’origine.. Parmi les raisons qui conditionnent ce niveau de tension sympathique spécifique , peuvent intervenir :

1) Des problèmes psychanalytiques :
c'est à dire une problématique dont l'individu n'a pas conscience et qui fait intervenir des refoulements, c’est à dire des évènements traumatiques lointains , sans fatalement de relation directe avec l’état de stress actuel ni parfois avec la sexualité elle même et qui déclenchent des réactions émotionnelles de stress dont l’individu ne comprend pas l’origine.
J'ai tendance à considérer le phénomène psychanalytique refoulé comme un stresseur dont l'individu n'a pas nettement conscience.
Il se sent dans un état de stress ,mais il ne sait pas pourquoi .C'est probablement la raison pour laquelle la relaxation permet de résoudre l'angoisse sans avoir fatalement trouvé la raison cachée qui la produisait mais qui peut aussi bien s’éteindre sans en avoir compris l’origine . :
Phénomène d’extinction.
Mais souvent il peut être favorable de faire comprendre à l'individu l'origine de son angoisse,
on peut alors découvrir :

une homosexualité refoulée
une confusion entre les mots de MERE : l'individu associant la maternité de sa  femme à l'image idéale de sa mère qui s'associant à l'interdit de l'inceste le bloque .
Il s'agit de la problématique de la mère et de la putain, l'homme ne se sentant en  situation de détente qu'avec une femme qu'il n'aime pas, il ne comprend pas  fatalement la raison refoulée qui lui procure ce sentiment de malaise.
le fait d'utiliser le lit comme moyen inconscient de manifester sa protestation contre  des comportements de l'autre que l’on juge inadéquats est très fréquent dans les inhibitions sexuelles .qu'il n'est pas

Le lit conjugal devient un champ de bataille .inconscient .
Apprendre au couple à mieux communiquer, et prendre conscience que cette façon  d'exprimer ses désaccord est inadéquate, et se retourne fatalement contre celui qui fait sub consciemment la grève est nécessaire pour résoudre cette inhibition. Dans ce cas, une prise en charge conjugale, pour améliorer l'aptitude à communiquer du couple, s'impose

Une fantasmatique refusée peut procurer une forte angoisse situation sexuelle.
  La culpabilisation pousse l'individu à refuser l’utilisation de son imaginaire érotique  En présence de la personne aimée. Cela peut aboutir à une inhibition sexuelle.Une déculpabilisation de la fantasmatique ou parfois un remodelage fantasmatique s'impose.
une timidité ou une pudeur excessive vis à vis de l'autre sexe, dont il s'agit de comprendre l'origine.
Il existe bien entendu de nombreuses autres formes de problématiques de type analytique pouvant
procurer des tensions angoissantes inexpliquées en situation sexuelle. En fait chaque cas est un cas
particulier .
Une sexotherapie analytique courte en face à face ou sous hypnose est parfois nécessaire.

2) L’importance du tout premier rapport sexuel
Pour beaucoup d'hommes et de femmes qui consultent en sexologie , Ce tout premier rapport a été l'occasion d'un état de stress aigu lié par exemple à la peur de l'inconnu.
Le moindre évènement intercurrent négatif augmente cet état de tension extrême, venant définitivement bloquer toute possibilité d'érection pour l'homme.
Une sorte de conditionnement réflexe s'établit alors . L'angoisse se reproduit automatiquement à chaque fois que l'individu se retrouve dans la situation sexuelle .Nous avons vu fréquemment ce conditionnement réflexe encore actif plus de 10 ans après l' événement déclenchant. Refaire vivre en position analytique ou sous hypnose le premier rapport sexuel est souvent très utile. Un travail dans la relaxation-hypnose s'impose

3) Les traumatismes en rapport avec la sexualité
Ce conditionnement réflexe se reproduit de même pour celles ou ceux qui ont vécu un évènement sexuel traumatisant : inceste, viol, masturbation surprise et réprimandée , attouchements sexuels entre enfants  surpris et réprimandés, etc...
Ces sensations d'angoisse ont également tendance à se généraliser et à se reproduire inéluctablement à chaque fois que l'individu se retrouve dans un contexte mettant en jeu la sexualité .
Là aussi, faire revivre en situation analytique ou sous hypnose l'événement traumatisant est très positif.
La relaxation hypnose est de nature à faciliter la résolution de l'angoisse.

4) Conflit avec la partenaire
Il est évident que, pour se sentir détendu, il faut se sentir accepté. Un conflit, soit chronique, soit aigu, peut engendrer une sensation d'angoisse au contact de l’autre. L'autre est ressenti comme un ennemi potentiel au moment des rapports sexuels.
Une thérapie conjugale est alors nécessaire.
Mais le stress maximum est bien évidemment la rupture (décès , divorce ,séparation )
Faire le deuil du partenaire perdu est important pour permettre à l'individu de résoudre son angoisse permanente . D’autant plus que souvent, sur vient se greffer l'angoisse spécifique à une nouvelle relation sexuelle .

5) Le cercle vicieux échec –peur d’échec .
Hommes et femmes initialisent dans des conditions très variables ce cercle vicieux Echec - peur d’échec - échec

- Trop belle pour toi
Parfois l'homme pénètre dans ce cercle vicieux lors d'une relation sexuelle extra-conjugale. Dans ce cas, très souvent, tout au moins dans un premier temps, l'angoisse n' apparaît qu'électivement avec la partenaire qui a été témoin de son premier échec.
Mais s'il s'entête, cette angoisse risque de se généraliser ,de déteindre d'abord sur sa relation conjugale, puis de se reproduire avec n'importe quelle femme .

Les caractéristiques de la femme dangereuse sont d’être ::
- trop belle ,
- trop intelligente,
- trop forte,
- trop riche
- en bref : Too Much
- inaccessible.
L'homme se sent comme un ver de terre amoureux d'une étoile .Il n'arrive pas à se sentir maître  de la situation, du pouvoir .


- L'ombre portée par un autre partenaire de la femme aimée:
mari, amant ou ex amant de sa maîtresse, qu'elle ne veut pas ou qu'elle a du mal à quitter, ou même simplement à qui l'homme craint d'être comparé, et avec qui il s'imagine dans une relation de rivalité.

- L’alcool
Parfois l'homme a cherché à avoir une relation sexuelle alors qu'il avait absorbé trop d'alcool:
Il a parfois absorbé cet alcool précisément pour lui permettre de lever ses inhibitions à cause de son manque de confiance en lui même. L' échec cuisant lié à l'alcool augmente encore son manque de confiance en lui-même et le stress qu'il ressent, par la suite, en situation sexuelle.

- Un manque de temps
parfois, simplement, les conditions de temps et de lieu n'étaient pas favorables à un déroulement harmonieux du rapport sexuel. L'échec a été ressenti comme une terrible humiliation et l'homme n'a
pas compris qu'il n'était absolument pas responsable de cet échec.

-pour la femme, une seule pénétration dans un vagin sec, qu'elle a accepté de subir "pour faire son devoir" ou pour satisfaire son partenaire , peut suffire à créer cette angoisse à l’approche d’une relation sexuelle et la faire entrer dans ce cercle infernal d’: échec - peur d'échec..

-des réflexions d'un partenaire, qui voit la sexualité en terme de performance, et qui se sent humilié parce que la femme n'a pas souhaiter rechercher un orgasme pendant la pénétration peuvent également initialiser cette peur de ne pas jouir chez la femme et la faire pénétrer dans ce cercle vicieux.

Disons que les facteurs initialisant ce cercle vicieux sont en fait aussi nombreux et divers que la vie est diverse,. Ce qu'il faut bien chercher à comprendre et à faire comprendre ,c'est la façon spécifique dont il a, lui, initialisé ce cercle négatif.
La thérapie pour sortir de ce cercle vicieux:Echec – Peur d’échec comporte deux volets :

- Thérapie individulle avec relaxation-hypnose

- Sexothérapie comportementale en couple .

6) La nécéssité de performance
Derrière cette nécessité de performance se cachent toutes les idées préconçues concernant la Masculinité et les obligations que cela confère:

être ACTIF
faire l'amour à la femme ou au partenaire homme.
se sentir responsable de tout en amour, non seulement du plaisir que l'on doit procurer à l'autre,  mais de sa propre excitation sexuelle.
ne pas se donner le droit de dire non, quand on ne se sent pas en forme, sans craindre que l'autre ne prenne cela pour une offense personnelle, une preuve de défaillance ou de désamour.
Mais il est évident que cette question de Masculinité remet également en cause la notion de Féminité et les attitudes traditionnelles qui y sont associées:
être passive
se laisser faire l'amour par l'homme
rendre l'homme responsable de tout, y compris des échecs,
ne pas vouloir accepter d'être le moteur de l'excitation de l'homme grâce à la caresse et la tendresse et pas uniquement à cause de l’ excitation purement visuelle
ne pas laisser à l’homme le droit de refuser un rapport sexuel sans remettr l'amour ou elle même en question.

J'ai tendance à dire :

« Ce n'est pas un sexologue , ni des médicaments qui font bander un homme. Ce sont les caresses, la présence active, affectueuse , érotique , de la femme qui sont les éléments moteurs de l'érection » .
D'ailleurs ne pourrait on pas dire la même chose pour la femme ?

4 - Les retombées des stress de la vie quotidienne
Tout le monde ne possède pas la même capacité d' affronter les nombreux stress de la vie quotidienne ;

mauvaise ambiance professionnelle
stress de la circulation urbaine
menace sur le travail ( licenciement , chômage , entreprise en   difficulté ,traites impayées ,surendettement ,etc. . )

Cette capacité à laisser derrière soi tous les soucis quand on rentre le soir chez soi, s'apprend .
Cela peut faire l'objet d'un travail spécifique .
Comment maîtriser les stresseurs de la vie quotidienne .


5 - Des problèmes sociologiques
Le lieu facteur de stress. Il est évident que le fait d'avoir des relations sexuelles dans un studio de 25 m2 avec deux enfants de 5 et 7 ans par exemple, dormant dans la pièce, est de nature à stresser n'importe quel couple normal. Le manque de temps facteur de stress Pour pouvoir accéder à une détente complète , il faut avoir devant soi du temps. Or, pour beaucoup de gens, cette lutte avec le temps est un facteur délicat à résoudre.
Pour trouver du temps, il faut être capable de ne pas avoir l'impression que le temps que l'on consacre à se témoigner ses sentiments est un temps perdu.
La vie urbaine, les impératifs de la vie professionnelle, des transports, les contraintes domestiques,
celles liées aux enfants, rendent souvent difficile une maîtrise de ce facteur temps.
Un travail spécifique pour permettre de mieux gérer le temps est souvent nécessaire .

CONCLUSION
Etant donné le nombre des facteurs de stress ,ce que l'on est presque en droit de se demander, c'est comment certains individus parviennent à une sexualité harmonieuse.

Il ne faut pas s'y tromper, personne, pas même les thérapeutes, ne sont à l'abri de ce fléau. C'est la raison pour laquelle, en période d'activité professionnelle, les week-ends et les vacances sont souvent mis à profit par les couples pour avoir une sexualité harmonieuse et fréquente.

La retraite est souvent l'occasion pour les couples qui ont su traverser victorieusement les stress de la vie, d' accéder à une sexualité encore plus épanouie, non stressée, parfois médicalement assistée, mais qu'importe, ils sont enfin parvenus à une sérénité partagée, et, comme dit Jacques Brel, dans « Les vieux amants » ils connaissent tous leurs mystères et tous leurs enchantements

  Retour